La société MEDIAlibri, éditrice de GlobeKid, ayant malheureusement dû cesser ses activités, le site web de GlobeKid n'est plus mis à jour et ses fonctionnalités de création de livres, de personnalisation des livres créés par l'équipe GlobeKid, ainsi que de téléchargement des livres au format PDF et Ebook et de commande des livres imprimés reliés, sont désactivées.

Vous pouvez cependant encore accéder librement aux contenus des livres pendant quelque temps et nous contacter pour toute question par email contact@globekid.com.

Et Michel-Ange parut

Et Michel-Ange parut

Et Michel-Ange parut

Place Saint-Pierre par Franz Alt via Wikimedia CommonsPetersplatz

Bramante mourut en 1514, une année après Jules II. L'aimable Léon X parvint au trône, d'où le poison le précipita neuf ans plus tard, en 1522. Il donna pour architectes à Saint-Pierre Julien de San Gallo et le grand Raphaël. Ils fortifièrent les fondations des quatre piliers, qu'ils jugèrent trop faibles pour soutenir une coupole immense.
Raphaël conçut, dit-on, le projet de donner à l'église la forme d'une croix latine, celle qu'elle a maintenant. En 1520, une imprudence d'amour et l'erreur d'un médecin conduisirent ce grand homme au tombeau. Les architectes nommés par plusieurs papes changèrent souvent le plan de l'édifice.
Enfin Paul III, ne se laissant point égarer par des intrigues puissantes, donna la direction de Saint-Pierre à Michel-Ange (1546). Ce grand homme eut l'idée de donner au dôme de Saint-Pierre la forme du Panthéon ; il fit le modèle, mais il mourut avant que la coupole fût achevée.
Heureusement Michel-Ange était à la mode lorsqu'il mourut, et, malgré l'envie qu'ils en avaient, on empêcha ses successeurs de changer le dessin de la coupole. Elle ne fut achevée qu'en 1573 par Jacques della Porta. La voûte extérieure fut construite en vingt-deux mois, sous Sixte-Quint ; mais les architectes changèrent le dessin de la façade, qui, au lieu du triste placage que l'on voit aujourd'hui, devait se composer de colonnes isolées comme celles du Panthéon. Paul V (Borgèse) eut la gloire de terminer le plus bel édifice du monde. Charles Maderne, plus courtisan qu'architecte, reprit l'idée de la croix latine, afin de renfermer dans la nouvelle basilique tout l'espace occupé par l'ancienne, et qui avait été consacré par le sang des martyrs et par un culte de onze siècles. Cet architecte voulait plaire aux prêtres et mourir riche. Il éleva de chaque côté de la nef les trois chapelles les plus voisines de l'entrée, et termina en 1612 la façade, sur laquelle on lit en caractères énormes : "PAULUS U BURGHESIUS ROMANUS, etc. ".
Le Bernin ajouta plus tard les deux grands arcs aux extrémités de la façade ; il commença la construction d'un clocher que, fort heureusement, on fut obligé de démolir. Il fit ensuite la fameuse colonnade sous Alexandre VII, et l'effet de Saint-Pierre fut doublé. En 1784, Pie VI a bâti une sacristie ; mais de son temps, l'architecture touchait au dernier terme de la décadence. Heureusement on ne voit guère cette sacristie, cachée derrière le côté gauche de l'église, dont elle gâte le contour extérieur.