La société MEDIAlibri, éditrice de GlobeKid, ayant malheureusement dû cesser ses activités, le site web de GlobeKid n'est plus mis à jour et ses fonctionnalités de création de livres, de personnalisation des livres créés par l'équipe GlobeKid, ainsi que de téléchargement des livres au format PDF et Ebook et de commande des livres imprimés reliés, sont désactivées.

Vous pouvez cependant encore accéder librement aux contenus des livres pendant quelque temps et nous contacter pour toute question par email contact@globekid.com.

Les essentiels à savoir sur Dublin

Les essentiels à savoir sur Dublin

Livre Famille

Les essentiels à savoir sur Dublin

Tout ce que vous devez savoir sur les principales caractéristiques et particularités de Dublin pour préparer votre séjour et impressionner les enfants par vos connaissances !

Un peu d'histoire de Dublin

Un peu d'histoire de Dublin

La naissance de la République d'Irlande par Walter Stanley Paget via Wikimedia Commons

Dublin est resté longtemps un petit centre religieux, situé près d’un étang proche du fleuve Liffey. Son premier nom est « Baile Ath Cliath » qui signifie « ville au gué de haies de roseaux », faisant référence à son emplacement. Ce nom est toujours utilisé de nos jours et on peut le voir sur certains panneaux de signalisation, notamment sur les horaires des bus.
Les Vikings l'envahissent en 841. Ils lui donnent le nom de Duibh Linn qui signifie « les eaux noires » et en font un centre militaire et commercial. Mais les rois Irlandais se battent pour reprendre la ville et Brian Boru y parvient durant la bataille de Clontarf en 1014. Les Vikings maintiennent alors une présence à Dublin mais uniquement à travers des échanges commerciaux. La ville continue à se développer, et finit par remplacer Tara comme capitale de l’Irlande.
L’histoire de Dublin est profondément marquée par ses rapports avec l’Angleterre. En effet les invasions anglaises commencent au XIIe siècle lorsque le roi Henri II d’Angleterre, au terme d’une campagne militaire, se déclare duc d’Irlande en 1171, et place son siège au Château de Dublin (que l’on peut voir aujourd’hui en centre-ville).
La ville de Dublin, comme l’ensemble de l’Irlande, est alors incorporée à la couronne d’Angleterre. Dès le XVIe, bien que l’ensemble du pays soit profondément catholique, la reine d’Angleterre Elizabeth I décide d’imposer la Réforme protestante. C’est à ce moment-là qu’est fondée Trinity College, l’université protestante et que sont réformées les églises de Christchurch et de Saint Patrick qui étaient alors catholiques.
Le XVIIIe siècle correspond à une période de prospérité pour la ville. De larges avenues sont percées comme Gardiner Street au Nord de Dublin, ainsi que des jardins publics comme Stephen’s Green au Sud. C’est aussi durant cette période qu'est fondée l’usine de Guinness, véritable institution en Irlande qui produit encore aujourd’hui et qui fut pendant longtemps l’employeur principal des Dublinois.
Au XIXe siècle, le siège du gouvernement anglais est transféré à Londres et la ville commence alors un long déclin. Elle ne profite pas de la révolution industrielle qui permet à l’Angleterre de se développer. Cette décision de supprimer le siège du Parlement à Dublin est vécue comme une injustice supplémentaire par les Irlandais, déjà traités en citoyens de seconde zone en raison de leur catholicisme (il leur est interdit notamment d'être propriétaires terrains) qui y perdent leur souveraineté et elle provoque une montée du nationalisme. En 1840 éclate la maladie de la pomme de terre qui provoque une famine dans l’Irlande entière. Durant les années 1840, près d’un million de personnes meurent, surtout dans les parties rurales de l’Irlande et deux millions de personnes émigrent. Cette terrible famine augmente encore le ressentiment des Irlandais face à la Couronne britannique, accusée d'avoir laissé mourir de faim la population. De fait, l’Irlande qui comptait 8 millions d’habitants au XIXe siècle n’en compte plus que 4, 4 millions seulement au début du XXe siècle.
Au XXe siècle, les tensions entre catholiques et protestants s’amplifient et les catholiques s’organisent au point de se soulever en 1916, durant ce que l’on a appelé le «Easter Rising » (le soulèvement de Pâques, qui a eu lieu du 24 avril au 1er mai). Ce soulèvement, dont le centre est né dans le GPO (General Post Office) sur O’Connell Street, est réprimé sévèrement par les Anglais. La répression ne suffit à mettre fin aux troubles. La révolte se transforme en une guerre civile à partir de 1919 entre les partisans d’une Irlande indépendante et les partisans d’un accord avec le gouvernement anglais. Cette guerre civile a traumatisé profondément les Irlandais et a mené en 1922 à la partition de l’Irlande en deux parties que nous connaissons encore à l’heure actuelle : l’Irlande du Sud, indépendante, dont la capitale est Dublin et l’Irlande du Nord, rattachée au Royaume Uni, dont la capitale est Belfast.
Au cours de ces dernières décennies, le visage de Dublin a considérablement changé. L’entrée de l’Irlande du Sud dans l’Union Européenne en 1973, ainsi qu’une politique de faible taxation sur les entreprises ont permis un véritable boom économique qui lui a valu le surnom de Tigre Celtique, aujourd'hui mis à mal cependant par la crise mondiale qui touche très durement le pays.